Certification AMF : le Projet d’instruction de l’AMF dévoilé

L’AMF a rendu public son projet d’instruction et de modification du RG AMF concernant la Certification AMF cette semaine. Elle ouvre la phase de consultation pour recueillir les réactions des parties concernées.

https://www.amf-france.org/Publications/Consultations-publiques/Archives?docId=workspace%3A%2F%2FSpacesStore%2Fbd8ef96c-3fea-4fe7-8bad-872adb747cea

Base unique de 2600 questions

Il n’y a pas de grosses surprises dans le projet de l’AMF. Une base unique de 2 600 questions sera constituée sous la responsabilité de l’AMF, nourrie par les 13 organismes. Les organismes seront désormais certifiés sans limite de temps mais sous la surveillance de l’AMF et auront accès à cette base unique pour préparer les candidats. L’examen sera issu de cette base à partir du 1er janvier 2020.
Cet examen continuera à avoir deux types de questions A et C. En revanche les taux de réussite passeront de 85% et 75% à un taux unique de 80%. Le taux réel est légèrement supérieur en fonction des arrondis selon le nombre de questions de chaque partie (81,6% pour le A et 80,5% pour le C).

Difficile de prédire l’impact en termes de difficulté. Si 85% de réussite exigée pour les questions A était trop élevé selon moi, l’augmentation à 80% pour des questions C de plus en plus nombreuses peut contrebalancer largement l’abaissement du taux sur les QA.

La surprise sur l’examen vient de l’évolution du nombre de questions. L’examen devrait en effet passer à 115 questions au lieu de 100 actuellement suite à l’augmentation des sujets couverts.

Une grille de connaissances qui bouge

L’AMF a procédé à une actualisation de la grille des connaissances. Il y a un toilettage nécessaire de certaines parties, le déplacements de certains sous-thème et l’intégration de nouveaux sous-thèmes :

  • Marchés internationaux et émergents
  • Anti-corruption et Fatca
  • Gouvernance produits
  • Cadre réglementaire des CIF
  • Protection des clients sur les produits spéculatifs
  • Fintech et crypto actifs
  • Biens divers
  • Finance durable
  • Performance des fonds

Cette inflation des sous-thèmes participe à l’augmentation de la difficulté de l’examen. Plus de sujets à couvrir avec plus de questions en base, la logique de bachotage pur et dur est définitivement à proscrire.

Un poids étrangement élevé pour les CIF

Les Conseillers en Investissement Financier sont des indépendants qui jusque là n’avaient pas d’obligation de passer l’examen AMF. En revanche leurs associations professionnelles leur proposaient un examen adapté à leur profession (ou ils pouvaient volontairement passer un examen certifié par l’AMF).

Ceux qui n’auront pas encore passé cet examen et les nouveaux entrants devront à partir du 1er janvier 2020 réussir l’examen AMF. Cela rend légitime l’intégration d’un sous-thème dédié à la réglementation des CIF dans la nouvelle grille, (voire deux sous-thèmes car celui sur les biens divers concerne surtout cette profession). 

Pour autant, pondérer le sous-thème sur la réglementation applicable aux CIF avec 8 questions de type A apparait disproportionné. Ces règles sont spécifiques et ne concernent que les CIF qui ne sont pas très nombreux.  Il y a à peu près 6 000 CIF en France, gageons qu’ils auront à peu près tous passé l’examen avant le 31 décembre vu le saut de difficulté que le nouvel examen représente. Tabler sur 600 candidats CIF chaque année est optimiste, or l’AMF nous dit qu’il y a 10 000 lauréat de l’examen AMF par an.

Consacrer le quart des questions A à des règles qui ne concernent que 6% des candidats constitue une difficulté supplémentaire pour les autres candidats qui ne nous semble pas légitime.

Un saut de difficulté ?

Si vous souhaiter passer l’examen AMF, faites le avant le 31 décembre : vous trouverez nos solutions ici. A partir du 1er janvier le nouvel examen sera en effet plus difficile car il comprend  :

  • des nouveaux sujets à couvrir dont certains éloignés du quotidien;
  • des taux de réussite qui bougent mais si l’un baisse l’autre augmente.

En revanche je ne dirais pas que le passage à la base unique de 2 600 questions participe à une augmentation de la difficulté. Il faut oublier les stratégies de bachotage mais c’est une bonne chose car nous l’avons prouvé, le bachotage en plus d’être sans intérêt n’est pas efficace même avec la base actuelle de 600 questions. Voir notre précédent billet à ce sujet. Nos solutions étant d’ores et déjà basées sur une logique de compréhension avec notamment notre MOOC, nous sommes d’ailleurs prêts pour accompagner les participants à la réussite de ce nouvel examen !

A noter qu’il n’y aura pas de délai transitoire et toute personne qui échoue par exemple le 31 décembre, si elle repasse le 2 janvier 2020 repassera le nouvel examen. Ce n’est pas obligatoirement la meilleure surprise donc ajustez vos agendas pour réussir avant le 31/12 !

Consultation ouverte jusqu’au 5 mai

L’AMF reçoit les réactions à son projet d’instruction jusqu’au 5 mai. N’hésitez pas à participer !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *